Thomas Guéi, initiateur de « 100 Tambours » – Une tradition ivoirienne sans complexe aux yeux du monde

Ne vous fiez pas à son air juvénile, Thomas Guéi a peut-être tout entendu et a contribué à façonner la culture ivoirienne depuis une trentaine d’années… En toute humilité.
Depuis des années, celui qui est devenu une des références mondiales en djembé, présente une percussion ivoirienne virtuose aux yeux du monde. Arrêt sur image sur l’initiateur du festival « 100 tambours ». 

03tguei-petit-portrait

Fils de jongleur, élève à l’EDEC puis chef percussionniste de la compagnie Guirivoire de la charismatique Marie-Rose Guiraud, collaborateur de feu Marcellin Yacé, Guéi est l’un des précurseurs de la percée de la percussion traditionnelle dans le zouglou et les musiques urbaines ivoiriennes (la rythmique terrible de « Victoire » de Yodé et l’enfant Siro, c’est lui !).
Il a contribué à nombre de hits sur lesquels la population de Côte d’Ivoire a dansé depuis toujours…  Et des titans de la musique actuelle ivoirienne, Meiway, Tiken Jah Fakoly entre autres, ont travaillé avec lui.

La rythmique terrible du mythique « Victoire » de Yodé et l’enfant Siro, c’est lui !

Mais c’est bien dans les rythmiques traditionnelles qu’il maîtrise que Guéi a son ancre, gardien d’une tradition qui se perd (il pratique le tambour à fente depuis l’âge de 4 ans), le percussionniste est aussi ouvert sur le monde et ce, sans complexe :
HG-12-aout-2016

L’Afrique tout d’abord : connaisseur en rythmiques ouest africaines (Sénégal), il a côtoyé et appris de références comme Mamady Kéita (Guinée), arpenté les scènes et prêté son oreille aux percussions maghrébines (Maroc, Algérie…), est-africaines (Kenya, Ouganda, Burundi)… Artiste africain, oui, international ? Assurément.

Co-auteur de la bande originale du film primé « prix spécial du jury » au référent Festival de Locarno (Suisse)…

Collaborations internationales en jazz (Sylvain Beuf, Stéphane Huchard, Hervé Samb), en blues (sur le hit « The djembe song » et le spectacle « Immersion » avec Christina Goh en théâtre parisien), en danse contemporaine (Georges Momboye, Serge Hounouayenou, Sellou Blagone), en musique classique (formation Choc et Fusion), Thomas Guéi a également maintes fois effectué des tournées à son nom en Asie (Corée, Chine, Japon), figure de proue de la compagnie Kouado (fusion de la musique traditionnelle sud-coréenne et ivoirienne…)

Kouado
Thomas Guéi sur scène en Corée du Sud – Projet afro-coréen « Kouado » – Photo AMD Korea

L’artiste a plusieurs facettes et casquettes : formateur, directeur artistique mais aussi acteur, il a joué dans le film « Bronx-Barbes » de Latour, également co-auteur de la bande originale du film primé « prix spécial du jury » au référent Festival de Locarno (Suisse).

On vous disait de ne pas vous fier pas à son air juvénile, Thomas Guéi est en toute discrétion une référence de l’art musical issu de Côte d’Ivoire.
L’initiateur et directeur artistique du festival « 100 tambours » a choisi en 2017 de partager avec les Ivoiriens sa vision d’une tradition sans complexe… Pour le meilleur de l’art !

Rendez-vous le 17 novembre.
Festival 100 Tambours 2017
Virtuosité, djembé traditionnel et musiques (classique, rock, chanson et fusion…)
Concert gratuit (20H00) à l’Institut Français
Ateliers gratuits et conférence (sur réservation)

 

Publicités

Une réflexion sur “Thomas Guéi, initiateur de « 100 Tambours » – Une tradition ivoirienne sans complexe aux yeux du monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s