Pour l’amour de l’art et de la transmission – Bilan de cette 2ème édition

Le festival 100 Tambours 2017 vient de prendre fin. Quel bilan retirer de cette deuxième édition à l’Institut Français d’Abidjan ?

  • Un festival de transmission 

20171117_115337Initié par Thomas Guéi soutenu par le collectif d’artistes de 100 Tambours (Thomas Guéi, Christina Goh, Virginie Robilliard, Catherine Capozzi) en collaboration avec Serena Musique, le projet a permis la mise en valeur d’une percussion ivoirienne en fusion avec la modernité et le reste du monde. Ateliers gratuits et découverte des instruments traditionnels, conférence et concert gratuits dans la plus grande salle de l’Institut Français à Abidjan. Cette année le tambour bèlè martiniquais était l’invité d’honneur.

  • Un festival de création

Une première : Ce sont les artistes qui, en toute indépendance, se sont associés pour développer un festival avec des créations originales spécifiquement adaptées pour la thématique du festival. Les percussions traditionnelles ont ainsi illustré de la musique classique, du Blues, de la chanson française et du jazz fusion avec l’apport de rythmes traditionnels et urbains (créations).

  • Une collaboration accrue son / performance

Une première en Côte d’Ivoire : la collaboration intrinsèque entre l’ingénieur de son Rony Paulo (Diphone Event) et les artistes avec l’expérimentation de plusieurs schémas nouveaux (tambour bèlè de Boris Reine-Adélaïde et processeur Roland, exploitations des fréquences basses du djembé conceptuel de Gotham djembé, travail sur la fusion des percussions traditionnelles rares avec les instruments électriques modernes (guitare doublement saturée de Capozzi).

20171117_185200

  • Un projet apolitique, international et la mise en valeur des notions d’écologie et d’artisanat dans un contexte de modernité et d’ouverture

Le festival 100 Tambours grâce aux ateliers et conférences a permis une plateforme d’expression pour la mise en valeur de l’artisanat ivoirien (percussions traditionnelles) et des notions de sensibilisation à l’écologie (reboisement).

  • Un festival collaboratif

Collaborations entre artistes référents locaux (Aaninka, Isaac Kemo, Guéi orchestre) et invités internationaux, (la coordination sur Abidjan étant assurée par Elyzée Traoré) entre associations (merci au soutien de l’Association des Antillais et Guyanais de Côte d’Ivoire et de l’Association Française pour les Percussions avec la présence de Christina Goh, membre du conseil d’administration de l’AFPERCU), entres structures et instituts, le festival a réuni cette année des participants de tous réseaux. Merci aux médias pour leur réactivité professionnelle et au public de Côte d’Ivoire pour s’être déplacé si nombreux !

photo scène

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s